Accueil du site > Verbatim > Spectacles > Faut-il supprimer la taxe sur les spectacles vivants pour toutes les (...)

Verbatim

Centre de ressources, les pages Verbatim donnent à lire des notes, des réflexions, des rapports, des dossiers et tous autres documents.

Faut-il supprimer la taxe sur les spectacles vivants pour toutes les compagnies de théâtre amateur ?

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Question écrite de M. Hervé Féron (JO, 13 décembre 2011, p. 12952).

M. Hervé Féron attire l’attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la taxe portant sur les spectacles vivants, instaurée par la loi de finances rectificative pour 2003. Cette taxe a été introduite à travers la modification de l’article 77 de la loi de finances rectificative pour 2003. Son objet principal est d’apporter une aide financière au profit de l’association pour le soutien au théâtre privé. Plusieurs années de pratique nous permettent aujourd’hui de mesurer les conséquences de cette décision. Il est incontestable que les milliers de compagnies de spectacles amateurs sont paradoxalement les plus pénalisées par l’instauration de cette taxe, d’un montant de 3,5 % sur les recettes de billetterie. Ces recettes de billetterie, qui sont le plus souvent une contribution aux frais d’organisation desdits spectacles (costumes, décors, accessoires), sont amputées de ce pourcentage sans que les associations de bénévoles ne puissent espérer une redistribution. En effet, celles-ci ne peuvent raisonnablement adhérer à l’association pour le soutien au théâtre privé, dont la cotisation annuelle est particulièrement élevée.

Ainsi, à travers cette taxe, le secteur associatif sans but lucratif soutient le secteur commercial. C’est un peu comme si les milliers d’associations de football amateur participaient financièrement à la vie des clubs professionnels. Face à cette anomalie, les associations de spectacles amateurs et plus particulièrement la Fédération nationale des compagnies de théâtre et d’animation militent pour l’ouverture d’une nouvelle réflexion visant à rechercher une plus grande équité entre la pratique amateur et le secteur commercial. La FNCTA soutient la suppression de la taxe sur les spectacles vivants pour toutes les compagnies de théâtre amateur. Il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles suites le Gouvernement entend donner à cette légitime revendication.

Réponse du Ministre de la Culture et de la communication (JO, 7 février 2012, p. 1091).

La taxe sur les spectacles perçue au profit de l’association pour le soutien du théâtre privé (ASTP) a été instituée par l’article 77 de la loi de finances rectificative pour 2003, modifié par l’article 86 de la loi de finances rectificative pour 2010. Si les cas d’exonération prévus au titre III de ce texte ne visent pas explicitement le théâtre amateur, le premier alinéa de l’article IV précise cependant que cette taxe est due par « l’entrepreneur de spectacles ». Selon le code du travail, est entrepreneur de spectacles vivants toute personne qui exerce une activité d’exploitation de lieu de spectacles, de production ou de diffusion de spectacles, seul ou dans le cadre de contrats conclus avec d’autres entrepreneurs de spectacles vivants, quel que soit le mode de gestion, public ou privé, à but lucratif ou non, de ces activités (article L. 7122-2). Cette activité n’est cependant réglementée que pour les entrepreneurs s’assurant de la présence d’un artiste du spectacle rémunéré. C’est pourquoi le ministère de la Culture et de la Communication considère qu’un spectacle présenté par une association de théâtre amateur installée sur le territoire national, ne donnant pas lieu à la rémunération d’au moins un artiste, n’est pas réputé entrer dans le champ de la taxe sur les spectacles. Les recettes perçues à cette occasion n’entrent donc pas dans le champ de la loi de finances rectificative pour 2003 et la compagnie n’a donc pas à supporter la taxe sur les spectacles auprès de l’ASTP.