Accueil du site > Verbatim > Audiovisuel > France Télévisions vue d’en-haut (le rapport Schwartz) et vue d’en-bas.

Verbatim

Centre de ressources, les pages Verbatim donnent à lire des notes, des réflexions, des rapports, des dossiers et tous autres documents.

France Télévisions vue d’en-haut (le rapport Schwartz) et vue d’en-bas.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, réuni en assemblée plénière, a adopté le mercredi 4 février 2015 une résolution relative aux modalités de nomination du président de la société France Télévisions. C’est dans ce contexte qu’a été remis au ministre de la Culture et de la Communication le rapport "stratégique" commandé à M. Marc Schwartz : ci-après la synthèse et le rapport lui-même. Si, par hypothèse, la substance gestiologique et managériale du rapport Schwartz parle aux administrateurs de France Télévisions, à la tutelle ou au CSA, il est en revanche peu vraisemblable que les téléspectateurs s’y retrouvent. Voici quelques questions susceptibles d’être soulevées par ceux qui regardent vraiment la télévision et sans "habitus élitiste" :

1. Pourquoi l’État s’obstine-t-il à éditer France 4 alors que ses destinataires théoriques, les "jeunes", ne la regardent guère ?

2. Pourquoi France Télévisions ne sait-elle pas prendre acte du vieillissement de certains de ses programmes et les remplacer ? Envoyé spécial continue d’être présenté par la chaîne comme "émission emblématique" alors qu’à l’évidence l’intérêt pour ce programme s’est émoussé en même temps que la valeur ajoutée des sujets abordés (à mesure de la démultiplication d’offres comparables sur différentes autres chaînes, à commencer par les chaînes parlementaires et leurs documentaires).

3. Pourquoi France Télévisions reste-t-elle enfermée dans son tropisme pour les jeux sous forme de "quizz" (Slam, Joker, etc.) ?

4. Pourquoi France Télévisions a-t-elle multiplié sur ses antennes des talk-show(s) composés d’intervenants permanents et tournants, tous parisiens (avec de plus en plus de professionnels des médias comme invités) : C à vous, Un soir à la Tour Eiffel, Face à la Bande, Médias le mag. Autant de programmes ayant en commun un entre-soi parisien et une forme de rétrécissement de la France.

5. Pourquoi France 2 n’a-t-elle plus édité une seule grande série depuis Urgences , une de ces séries dont la narration et le pitch sont distinctifs ?Pour ainsi dire, l’on ne sait trop pourquoi les dirigeants de France Télévisions ont jeté leur dévolu sur FBI : portés disparus, Castle, The Closer et "laissé la main" à TF1 pour ce qui est des productions audiovisuelles nord-américaines les plus marquantes ?


http://csa.fr/Espace-Presse/Communi...
La synthèse du rapport Schwartz

France Télévisions_Synthese_Rapport Marc Schwartz

Le Rapport Schwartz

France Télévisions_Rapport de Marc Schwartz