Accueil du site > Veille éditoriale > Sandy Nairne, Art Theft and the Case of the Stolen Turners [Du vol d’œuvres (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Sandy Nairne, Art Theft and the Case of the Stolen Turners [Du vol d’œuvres d’art en général et du vol des Turner en particulier], Reaktion Books, 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

En 1994 deux tableaux majeurs de J.M.W. Turner, estimés à vingt-quatre millions de livres, ont été volés dans une galerie allemande alors que ces œuvres faisaient l’objet d’un prêt de la part de la National Gallery of British Art (Tate Britain). Sandy Nairne, qui était alors la Directrice des programmes à la Tate Britain et s’est ainsi retrouvée au cœur des actions de recherche de ces œuvres, ainsi que des négociations relatives à leur retour au Royaume-Uni, raconte de manière vive et personnelle cette longue et secrète histoire de 8 ans conclue en 2002 avec le retour des œuvres de Turner à la Tate. Au-delà de son récit palpitant de l’affaire des vols des Turner, Sandy Nairne s’intéresse aux autres vols d’œuvres d’art de très haute valeur, avec la question difficile des motivations qui peuvent conduire à voler des œuvres dont la notoriété est telle qu’elles ne peuvent être vendues, pas même sur le marché noir. Sandy Nairne rapporte plus généralement la question du vol des œuvres d’art à celle du trafic illicite des biens culturels.