Accueil du site > Veille éditoriale > Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l’indignité (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l’indignité nationale, Gallimard, 2009.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Bernard Faÿ n’est plus guère connu aujourd’hui que pour son rôle dans la répression de la franc-maçonnerie sous le régime de Vichy. Son action à la tête de la Bibliothèque nationale de 1940 à 1944 lui valut les travaux forcés à la Libération. Intrigué par le destin de cet intellectuel passé de Proust à Pétain et de l’avant-garde à la collaboration, Antoine Compagnon, dont Bernard Faÿ fut un lointain prédécesseur à l’université Columbia de New York, puis à Paris, au Collège de France, renouvelle en profondeur une enquête entamée par les historiens. Car l’homme demeurait très mystérieux. Quels démons ont pu pousser cet américaniste éclairé, ouvert au monde moderne, familier de Gide, Cocteau, Crevel et Picasso, intime de Gertrude Stein, aux engagements les plus funestes auprès des autorités d’occupation et de leurs complices français, aux compromissions les plus basses avec la police et la SS ? Comment cet homme de haute culture, infirme et esthète, inverti et religieux, a-t-il pu consentir à l’ignominie de la délation ? Et pourquoi ne s’est-il jamais repenti ? Tragique époque, ténébreux caractère, troublant portrait (PDE).