Accueil du site > Veille éditoriale > Arnaud Latil, Création et droits fondamentaux, LGDJ,2014.

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Arnaud Latil, Création et droits fondamentaux, LGDJ,2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les activités créatrices sont traditionnellement envisagées à travers les droits de propriété intellectuelle qui semblent être leur réceptacle juridique naturel. Cette approche est cependant insuffisante. Les droits fondamentaux permettent de s’en apercevoir. En effet, la création constitue à la fois une activité humaine (un acte créateur) et un objet de propriété (un bien créé). Cette thèse propose de démontrer les différences de fondement et de régime de ces deux aspects de la création.
En tant qu’activité humaine, l’acte créateur est garanti par la liberté de création, mais la nature de cette liberté demeure objet de discussion. Elle oscille entre un rattachement à la liberté d’expression (en tant que message) et à la liberté du commerce et de l’industrie (en tant qu’activité).
En tant que résultat d’une activité créatrice, le bien créé est quant à lui protégé par le droit de propriété. Les droits fondamentaux conduisent cependant à remettre en cause la conception française traditionnelle de la propriété sur les biens issus d’activités créatrices.
En soulignant davantage leur dimension économique et sociale, les droits fondamentaux redessinent la physionomie générale des propriétés intellectuelles. Le fait générateur de la propriété s’avère, en réalité, moins à rechercher du côté de l’activité créatrice que de la valeur économique de la chose créée.

Présentation de l’auteur.