Accueil du site > Veille éditoriale > Edmund Burke, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Edmund Burke, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche », 2009

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Best-seller en son temps, la Recherche sur le sublime et le beau d’Edmund Burke marqua le XVIIIe siècle. Il s’agissait en effet du premier texte d’esthétique, en un siècle où la discipline n’était pas encore constituée ; mais il s’agissait aussi du premier texte d’un tout jeune auteur de 19 ans, où les thèses sur l’art croisent celles de notre rapport au monde et à autrui. Témoin des goûts esthétiques de son temps, Burke définit la beauté comme ce qui est petit, lisse, délicat, de couleurs claires et brillantes, à l’image des portraits poudrés de l’époque : il livre ici un essai précieux et spirituel sur notre rapport à la beauté et à l’art.