Accueil du site > Veille éditoriale > Jean-Pierre Rioux (dir.), Avant-projet pour la Maison de l’Histoire de (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Jean-Pierre Rioux (dir.), Avant-projet pour la Maison de l’Histoire de France, La documentation française, 2011.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

(...)

Présentation

Le moment est venu de mettre à disposition de tous et de chacun un lieu culturel d’exposition, d’information et de réflexion sur le passé de la France : une Maison où sera examiné le croisement entre un mot, « histoire », et un nom, « France », dont les raisons sociales évoluent en ce début du XXIe siècle. Cette Maison ne sera pas une école d’application identitaire, un entre-soi national, une assignation à résidence, une université-bis, un forum ou un prétoire ; pas davantage un étalage de diversités et de pluralités d’où seraient perdues de vue la singularité et la continuité de ce pays. Portes et fenêtres ouvertes, à la découverte de tous les horizons, elle favorisera la fréquentation par le plus large public de documents, de traces, d’images et de sons, d’œuvres et d’idées. Elle a l’ambition culturelle d’aider à la diffusion et la transmission de la connaissance historique pour mieux questionner le vivre-ensemble hier et demain ; de comprendre et faire comprendre, pour accéder, par la culture historique, à une certaine vérité de soi-même, des autres et du monde.
Elle sera donc un lieu où chacun trouvera des outils de compréhension et des occasions de questionnement de l’histoire de France ; un « établissement culturel qui aura vocation à présenter au plus large public, sous des formes variées et évolutives, le rapport que les Français et tous ceux qui vivent en France – en métropole comme outre-mer – ont entretenu et entretiennent avec l’histoire, mais aussi avec les mémoires, les patrimoines et les cultures », disait le ministre de la Culture et de la Communication le 13 janvier 2011 en installant le Comité d’orientation scientifique chargé de « garantir la rigueur scientifique des contenus de la Maison », d’élaborer « l’ensemble des composantes de son projet » et, passé le temps de sa préfiguration, de se prononcer sur « sa politique culturelle ».
Le projet définitif pour la Maison sera remis à M. le ministre en janvier 2012. Il tiendra compte des remarques et propositions qui auront suivi la diffusion du présent avant-projet, où les préconisations du Comité sont exposées en dix points :
I- La Maison de l’histoire de France sera bâtie au croisement du souci social de n’être pas coupé du passé et du libre souci scientifique d’élaborer des savoirs qui aident à lire et comprendre celui-ci. Maison commune, elle proposera des services et des rencontres et favorisera les initiatives pour promouvoir une culture et des connaissances d’ordre historique.
II- Elle mettra en valeur des domaines de recherche et des questionnements qui renouvellent l’approche générale de l’histoire de la France, ainsi que différents thèmes historiques. Sont ici évoqués, à titre d’exemple : les durées et les filiations ; l’homme et la nature ; les faits religieux ; les politiques symboliques ; l’histoire de l’entreprise ; celle de la violence et des guerres ; celle des colonies et de l’outre-mer ; celle des arts, des œuvres et des créations, des images et des sons.
III- Tous les publics devront y trouver les preuves d’une politique de démocratisation et de renouvellement de la connaissance du passé de la France. Seront accueillis de manière particulièrement attentive : le « grand public » des amateurs d’histoire ; les touristes nationaux et étrangers ; les professionnels en formation ; les enfants et les jeunes.
IV- Son ambition sera démultipliée par une offre numérique ambitieuse, attachée à la valorisation de l’histoire par la référence documentaire, la mise à disposition de sources, la hiérarchisation des initiatives et l’orientation des internautes. Son site de préfiguration sera lancé en septembre 2011 et son portail dans le courant de l’année 2012.
V- Sa « galerie des temps », permanente et évolutive, fera parcourir l’histoire de la France en proposant deux entrées : une dorsale chronologique signalant temps et espaces ; des cellules ouvrant sur la dorsale et pouvant être parcourues de manière autonome, qui présenteront des « moments d’histoire », toujours actualisés par la recherche. Elle combinera ainsi le respect du « regard premier » sur l’histoire de France, l’exposition du cours des siècles et des héritages, la comparaison avec d’autres exemples nationaux et la mise à distance critique.
VI- La Maison contribuera à la réflexion sur la nature de l’exposition d’une question d’histoire. Elle proposera de grandes expositions d’intérêt régional, national, européen et international ; des expositions de taille moyenne ; des expositions-dossier très mobiles ; des rencontres multiformes (fêtes, journées, prix, cafés, etc.) et, tous les deux ans, une réflexion historique et une animation culturelle démultipliée sur un grand sujet d’histoire. Toutes ces manifestations seront organisées en liaison avec ses partenaires et orchestrées par ses correspondants.
VII- Nécessairement européenne, inscrite dans l’action culturelle extérieure de la France, sensible à l’histoire des transferts culturels comme au « postcolonial », la Maison aura vocation au décloisonnement scientifique et culturel, à l’ouverture aux histoires du monde et à la valorisation de la culture historique française à l’étranger.
VIII- Elle s’attachera à valoriser la recherche sur l’histoire de la France par l’accueil de résidents français et étrangers, l’installation d’un réseau régional et international de correspondants, l’organisation chaque année de « Rencontres de l’histoire de demain » et d’une « Université populaire », la publication et la mise à disposition de ressources documentaires.
IX- La Maison ne pourra devenir un pôle de rassemblement qu’en favorisant et accueillant les initiatives, en multipliant les partenariats et en les mettant en synergie jusqu’à constituer un réseau. Sans négliger les réseaux professionnels existants, elle aura pour « partenaires premiers » neuf musées nationaux et six autres établissements, dont les activités et les ressources vont de la préhistoire à nos jours. Elle travaillera aussi avec les grandes institutions de référence, favorisera les rencontres dans les « mille lieux d’histoire et de mémoire » dispersés en France et nouera des liens étroits avec de grands établissements à l’étranger.
X- Une exposition de préfiguration, sur « La France, quelle histoire ! », ouverte à la fin de l’année 2012, apportera la première pierre à la construction de la Maison. La singularité historique de la France, dans son contexte européen et mondial, y sera abordée sous différents aspects.

Lire le rapport