Accueil du site > Veille éditoriale > Laurent martin, L’enjeu culturel. La réflexion internationale sur les (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Laurent martin, L’enjeu culturel. La réflexion internationale sur les politiques culturelles. 1963-1993, La documentation française, Travaux du comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication, 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

L’ouvrage de Laurent Martin est la version éditoriale de la thèse d’habilitation à diriger les recherches en histoire soutenue par un spécialiste d’histoire culturelle auquel l’on doit déjà différents ouvrages. L’enjeu culturel « s’attache à comprendre et à décrire le rôle que joua le Service des études et recherches du ministère français des Affaires culturelles, véritable tête pensante de l’action culturelle et matrice d’une bonne part de la socio-économie de la culture française, dans la réflexion internationale sur les enjeux, les objectifs, les méthodes, les instruments, les résultats de la politique culturelle ».

Consacrée aux Acteurs et structures, la première partie envisage la constitution d’une socio-économie de la culture et d’une prospective culturelle au service de l’action (chapitre I), la coopération internationale en matière de recherche sur la politique culturelle (chapitre II), Augustin Girard, le Service des études et recherches de l’UNESCO (chapitre III), Augustin Girard, le Service des études et recherches du Conseil de l’Europe (chapitre III). La seconde partie pour sa part (Thèmes et problèmes) traite des finalités et objectifs généraux de l’action et de la politique culturelles (chapitre V), de la question des objectifs opérationnels et des moyens (chapitre VI), de l’économie de la culture et des industries culturelles (chapitre VII), de la statistique culturelle, de la comparaison et de l’évaluation des politiques culturelles nationales (chapitre VIII).

Certes, et Laurent Martin en convient, sa recherche peut paraître beaucoup trop axée autour de la personne d’Augustin Girard – ce en quoi son ouvrage est l’interface de celui dirigé par Geneviève Gentil et Michel Kneubühler, Le fil de l’esprit. Augustin Girard, un parcours entre recherche et action, La documentation française, collection Travaux du Comité d’histoire du Ministère de la Culture, 2011 – et empreinte de « nationalisme méthodologique ». L’auteur conçoit donc qu’il faut « poursuivre le travail en direction d’une histoire comparée et croisée de la socio-économie de la culture appuyée sur une socio-histoire des experts internationaux… ».

PM