Accueil du site > Veille éditoriale > Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique 1852-1945, La Découverte, 2013.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les écrits présents dans l’espace urbain deviennent un objet d’attention privilégié pour les policiers.

Ceux-ci se mettent en effet à lire les affiches, à noter et effacer les graffitis ou les billets illicites, à décrire en détail les fragments d’écriture trouvés sur les murs ou dans les lieux publics... Doté tout à coup d’une puissance subversive, l’écrit devient une composante de la société sur laquelle il faut veiller. De cette invention de l’écriture dangereuse naît et se développe un savoir policier inédit, qui va connaître son apogée dans l’entre-deux-guerres avec la figure emblématique d’Edmond Locard.

À partir d’une plongée dans les archives, et en s’appuyant sur la pensée de Michel Foucault, cet ouvrage souhaite reconstituer la naissance et l’évolution de ce regard policier sur l’écriture. Le lecteur est ainsi invité à suivre ces policiers de l’écrit dans leur travail quotidien, en passant au ras des palissades, en entrant dans les laboratoires de police scientifique, en regardant dans les microscopes...

C’est donc à une histoire de l’écriture et de la lecture par la marge que nous convie Philippe Artières, poursuivant ici son travail d’exploration de l’histoire de l’écriture contemporaine et des pouvoirs de l’écrit dans nos sociétés modernes.

Introduction. Qu’est-ce que la police ?
Première partie. Réglementer et circonscrire l’écriture publique
Deuxième partie. Lutter contre la délinquance graphique
Troisième partie. Constituer un savoir policier sur l’écrit
Conclusion