Accueil du site > Veille éditoriale > Problèmes économiques (no 2.990, 3 mars 2010), La presse : le dilemme (...)

Veille éditoriale

Le Cercle Français de Droit des Médias et de la Culture signale volontiers en ces pages des études et des réflexions portant sur l’audiovisuel, le cinéma, l’internet et le multimédia, la Presse et le journalisme, les biens culturels et la propriété intellectuelle, les arts, les spectacles, la police des discours, etc.

Problèmes économiques (no 2.990, 3 mars 2010), La presse : le dilemme gratuit-payant, La documentation française, 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail

Chronique d’une automutilation - NZZ Folio - Kurt W. Zimmermann

« 2009 fut pour la presse une année noire. Si la crise économique n’a pas épargné ce secteur, les difficultés auxquelles font face les journaux sont bien plus profondes. Le principal problème tient à ce que la presse a, en un peu plus d’une décennie, assisté à la destruction de son modèle économique vieux de 400 ans. Celui-ci reposait sur un financement plus ou moins équilibré entre les recettes tirées de la publicité et des annonces et celles obtenues grâce à la vente. Vers 1995, le modèle a commencé à vaciller avec l’offre de journaux gratuits et le développement de l’Internet, qui va aboutir à la mise en ligne gratuite des articles de presse. Cependant, ni l’offre gratuite sur le Web, ni les journaux imprimés proposés gratuitement n’ont réussi à atteindre l’équilibre financier, car désormais la plupart des annonces publicitaires ne se font plus dans la presse papier, mais sur l’Internet, notamment par l’intermédiaire de Google. »

La presse écrite à l’épreuve d’Internet - Etudes - Antoine de Tarlé

« L’histoire de l’Internet et de la presse ressemble à un malentendu. Les éditeurs de presse ont d’abord cru qu’ils pourraient attirer des lecteurs vers des offres payantes après leur avoir offert des " amuse-bouches " copieux d’articles gratuits. Ensuite, la migration de la publicité du support papier vers le Web a été sous-estimée. Plus grave encore, l’Internet a modifié les habitudes de nombreux lecteurs pour qui s’informer se résume de plus en plus souvent à une rapide revue de presse. En France, la situation du secteur de la presse est aggravée par plusieurs maux spécifiques, notamment les coûts de fabrication plus élevés, les carences dans le système de distribution et la faiblesse de l’offre rédactionnelle. »

Presse française : réveiller la " belle endormie " - Le Monde - Bernard Pecquerie

« Les quotidiens nationaux généralistes français sont à bien des égards parmi les plus mal en point en Europe : nombre restreint de titres, tirages faibles, offre rédactionnelle insuffisante.... Comment réveiller la " belle endormie " et trouver de nouvelles recettes ? A l’étranger où la presse subit aussi les contraintes liées à l’Internet, les journaux ont su développer des formules qui résistent à la crise et qui pourraient être des sources d’inspiration pour les éditeurs de presse français comme le développement de suppléments du week-end, très rémunérateurs à l’étranger, la segmentation du marché (une rédaction qui produit plusieurs journaux pour des publics distincts), ou la vente du journal à moitié prix. Il serait également possible de développer des partenariats entre journaux en vendant, via un site payant commun avec les concurrents, une partie des contenus, comme les pages Opinions/Débats. »

Contenus éditoriaux sur l’Internet : bientôt la fin de la gratuité ? - Wirtschaftsdienst - Ralf Dewenter

« L’analyse théorique du marché de la presse et des médias en général montre que le prix de vente dépend davantage des particularités de ce marché que du consentement à payer des acheteurs. Si les articles de journaux sont relativement similaires, l’effet de la concurrence fait que le prix de vente tend vers le coût marginal d’un article. Sur l’Internet, le coût de la mise à disposition d’un article est en effet proche de zéro et le modèle de la gratuité s’impose ainsi naturellement. La situation est différente si on part du coût de production : celui-ci est positif compte tenu de la rareté des capacités journalistiques. Par ailleurs, les marchés des médias ont la spécificité d’être à double face : il y a deux types d’utilisateurs (les lecteurs et les annonceurs) dont l’utilité est liée par un effet de réseau : plus le journal est gratuit, plus il y a de lecteurs et plus il est intéressant dý placer une publicité. »

L’industrie de la presse n’en est pas à son premier bouleversement - The Economist

« En 1845, l’invention et le développement du télégraphe ont été une source de grande inquiétude pour les journaux. Pour la plupart des observateurs, cet événement signifiait la mort de la presse généraliste au profit d’une presse spécialisée. Mais l’avenir a montré le contraire : le télégraphe a permis un enrichissement et une actualisation plus rapide des journaux. La course à l’actualité est devenue le nerf de la guerre, suscitant de nouvelles craintes, cette fois-ci à propos du journalisme qui risquait de ne plus offrir que des informations superficielles. En fin de compte, les journaux ont survécu, car ils ont préservé un atout : concentrer et apporter les nouvelles rapidement aux lecteurs. Aujourd’hui, l’Internet représente un défi comparable à celui du télégraphe. L’enjeu porte davantage sur le médium à travers lequel les actualités parviennent jusqu’aux utilisateurs (papier, numérique), que sur le modèle économique lui-même. »

Microsoft plus " gentil " que Google avec la presse ? - Les Echos Jean-Christophe Féraud

« L’entreprise américaine Google bénéficie d’un quasi-monopole : aux Etats-Unis, elle s’arroge près de 65 % des recherches sur l’Internet, en France, ce taux atteint même 90%. Vis-à-vis de la presse, l’entreprise californienne est peu généreuse : elle exploite ses articles sans verser le moindre centime aux éditeurs. Dans le contexte de la crise de l’édition, le géant américain News Corp (Rupert Murdoch) tente de profiter de la rivalité entre Google et Microsoft. Ce dernier cherche, en effet, un moyen pour diffuser plus largement son moteur de recherche Bing. News Corp a donc proposé à Microsoft de passer un accord qui lui permettrait d’indexer le contenu des journaux du groupe de presse sur son moteur de recherche Bing moyennant rémunération. Cet accord pourrait constituer les prémices d’un nouveau modèle économique pour la presse : la production des informations serait indirectement financée par les moteurs de recherche indexant les articles. »

(PDE)